"Qui n'a pas entendu le grondement de Niagara de 6000 cavaliers déboulant dans la plaine ne peut comprendre la paralysie de cauchemar que ressent un carré de fantassins devant ce roulement d'avalanche qui surgit dans un nuage, plus vite que la tornade, hérissé d'une forêt de sabres..."


"Qui n'a pas vu cela, ne peut comprendre l'exaltation insensée qui saisit le cavalier dressé, hurlant, suicidaire, aspirant à se faire tuer pour cet instant d'ivresse inexplicable..."

Dans cette furie guerrière, l'Empire d'Autriche Hongrie, il y a 200 ans, perdait 6000 chevaux par an;
6000 chevaux nerveux, endurants, courageux, élevés pour la guerre;
6000 chevaux fougeux, fiers, dociles, élevés pour le panache, le brio et le prestige des défilés.

En 1789, sur décret de l'empereur, un vaste programme d'élevage commence à Babolna en Hongrie...

 
         
 

Les rares reproducteurs constituaient la garde personnelle de l'Empereur qui se réserve les 5 meilleurs étalons parmi les plus beaux pour son attelage.

         

...8O juments sont sélectionnées, elles doivent avoir du cadre et du coffre.

Les males apportent le sang; parmi les premiers étalons utilisés pour ce programme, l'étalon pur sang arabe L'Ardent (né en 1805), saisi à Napoléon I,
est le meilleur reproducteur jusqu'en 1821.

Ensuite, des missions d'importation de Syrie ou d'Egypte ont déniché
les reproducteurs pur sang arabe qui ont fait les grandes lignées de la race :

         

Shagya (importé en 1836 de Syrie),
Gazal (Gazlan imp. en 1921),
Dahoman (imp. en 1848),
Hadban (né en 1891),
Koheilan (Koheilan Adjuze imp. 1885),
Mersuch (imp. 1902),
Siglavy (imp 1816 de Lippiza),
Siglavy Bagdady (imp. 1902),
O'Bajan,
El Sbaa (imp. en 1920 de Syrie),
Jussuf (né en 1869),
Kemir (né en 1905),
Nedjari (né en 1926 en France)

  Les registres étaient écrits à la ronde, encre verte pour le pur sang arabe, encre bleue pour le Shagya.
         

En France, depuis 1989, le Shagya a son propre stud book au sein du registre généalogique français des races étrangères de chevaux de selle.

         retour page d'accueil